DIY ? Oui mais pas pour tout le monde !

Le web fourmille désormais de tutoriels qui nous vantent les mérites du « DIY » – Do It Yourself ou « Faites le vous -même » pour les moins anglophones de l’assistance. Des sites se sont également spécialisés sur ce créneau et proposent des tutoriels couvrant des thématiques très variées allant de la mécanique automobile au jardinage en passant par l’informatique et la réparation électronique. Dans le principe, on a tout bon puisque c’est un partage de connaissances théoriques, plus ou moins bien illustré mais qui nécessite, à mon sens, de faire un point personnel sur nos qualités et nos défauts avant de s’engager dans une activité quelle qu’elle soit. Or, quotidiennement je rencontre dans le cadre de mon travail, des personnes qui ont,sans doute,présumé de leurs compétences, de leur patience ou de leur minutie car « cela paraissait si simple » devant YouTube.

Pourquoi eux y arriveraient et pas moi ? 

Pour parler de ce que je connais, puisque je répare du matériel électronique depuis bientôt 5 ans, beaucoup de vidéos hébergées sur les plus grandes plateformes ou sur les sites marchands de pièces sont retravaillées de telle sorte à « gommer » les temps de tâtonnement, les manœuvres un peu hasardeuses. Parfois même, lorsque  le smartphone ou autre tablette sont composés de pièces collées, celles ci sont décollées une première fois afin de faciliter le travail durant la prise d’images. Mais vous, personne ne passera avant vous pour vous faciliter la tâche, vous éviter de prendre appui sur un composant microscopique que vous aurez arraché sans même vous en rendre compte. Pour éviter ce genre de désagrément, multipliez les vues, variez les sources et lisez les expériences d’autres « bricoleurs » ayant déjà tenté l’aventure. Parfois l’erreur n’est pas permise ou elle se paie comptant.

Un exemple qui vaut tous les discours : le cas du bluescreen sur l’iPhone 5S

0.1 mm ou 0.4 mm dans notre vie de tous les jours, que peut il bien représenter ? Pas grand chose, l’infiniment petit pour certains et pourtant c’est une différence de taille suffisante pour détruire un iPhone 5S en tentant de remplacer l’écran LCD. En effet, fixer le dernier blindage qui recouvre les nappes de l’écran avec les mauvaises vis ou en inversant leurs places percera irrémédiablement la carte mère et coupera les pistes qui sont logées dans le PCB.

2cr0k1333wphxl

A gauche, au microscope, le PCB en état de fonctionnement – à droite, le PCB après inversement

Rester rationnel économiquement et mesurer les risques 

Le challenge est toujours quelque chose de motivant pour sauter le pas de la réparation par soi-même. On a toujours dans notre entourage quelqu’un qui s’y est risqué et qui s’en est très bien sorti et je les félicite ! Toutefois assurez vous d’avoir le minimum de compétences  et de qualités requises avant de jouer de la scie ou du tournevis. Posez vous quelques questions avant d’agir :

  • Suis je dans de bonnes dispositions pour réaliser la tâche en question ?
  • Me suis je suffisamment documenté sur le sujet pour faire face à un léger imprévu ?
  • Ai je un endroit où travailler dans le calme ?
  • Ai je les outils (de qualité) requis pour mener à bien ce projet ?
  • Ai je suffisamment de temps devant moi pour travailler sereinement ?

Cela peut vous paraître futile de le rappeler mais la majorité des « incidents » sont liés à l’impatience, au manque de méthode dans le démontage, à la présence de personnes extérieures qui peuvent nuire à la concentration, à un lieu ou des outils non appropriés.

Enfin, si je ne vous ai pas perdu, posez vous la question de la véracité économique de votre démarche. « Au delà de la satisfaction de l’avoir fait moi-même, combien vais je économiser ou potentiellement perdre en le faisant ? « 

Sur la base de nos prix affichés sur www.reparation-iphone-strasbourg.eu, la réparation de l’écran de  votre iPhone 5S coûte 59.90 euros. Si vous achetez la pièce détachée dans notre boutique, elle vous en coûtera 35 euros.  Vous économiserez donc 24.90 euros si vous réalisez avec succès cette réparation. A défaut, vous aurez endommagé certaines pièces qu’il faudra remplacer ou changer intégralement de smartphone.

En guise de conclusion, ne cédez pas à la mode du DIY si votre votre côté manuel n’est pas votre plus grande qualité ou si vous ne pensez pas avoir le temps pour le faire dans de bonnes conditions. Deux petites citations pour finir sur une note positive et encourager ceux qui voudraient sortir leurs outils !

  • « Il n’y a rien dont ne triomphe un peu de patience. » – Molière
  • « Le doute est le commencement de la sagesse. » – Aristote

Acheter votre smartphone d’occasion, une bonne idée ? Oui, mais à certaines conditions !

Les Keynotes d’Apple se succèdent, les fabricants font leur possible pour rendre obsolète un matériel vendu comme ultime il y a maximum deux ans et vous avez des envies de changements, ce qui se comprend ! Après un rapide coup d’oeil à vos finances, le dernier iPhone avec la capacité maximale n’est pas dans vos cordes. Qu’à cela ne tienne, les sites de petites annonces comme LeBoncoin ou VivaStreet fourmillent d’annonces de matériel informatique et électronique grand public dont de nombreux smartphones n’ayant que quelques semaines ou mois pour certains.

C’est là que les choses se gâtent et l’adage qui dit qu’un Homme averti en vaut deux semble prendre ici tout son sens ! Rien qu’ici en Alsace et à Strasbourg plus précisément, iTekCare reçoit une vingtaine d’appels de personnes par mois qui se sont fait avoir lors d’un achat entre particuliers qui les laisse sans recours, qui les a fait perdre une somme conséquente d’argent et qui repousse d’autant l’achat de leur nouvel équipement.

Pour un achat « intelligent », plusieurs facteurs sont à prendre en compte et il faut, à mon sens, bannir tout achat compulsif dans ce domaine. Mieux vaut être trop méfiant, prendre le temps de décortiquer les documents fournis et ne pas se laisser griser par l’état cosmétique de l’appareil qui peut cacher des « bricolages » internes non déclarés. Voici une liste (la plus exhaustive possible) des points à vérifier avant de procéder à l’achat.

  1. Ne jamais acheter du matériel dans un lieu neutre qui ne vous permettrait pas de remettre le vendeur dans son contexte. Évitez pour cela les achats à la sauvette entre deux trains qui ne vous permettrait pas prendre le temps de vérifier le matériel que vous achetez et surtout de n’avoir aucune trace du vendeur si le matériel venait à ne pas fonctionner correctement.
  2. Ciblez des smartphones au prix du marché. Les supposées « bonnes affaires » ne sont à mon sens jamais gage de belles trouvailles. Un matériel propre et en règle se paie au prix du marché.
  3. Réalisez une identification préalable du smartphone en demandant au vendeur de vous communiquer le numéro IMEI de l’appareil. Ce numéro est la plaque minéralogique de l’appareil et il vous permettra de savoir si il est déclaré perdu ou volé, si il est verrouillé par un opérateur ou si il est bloqué par la protection iCloud si vous achetez un iPhone. Plusieurs sites permettent gratuitement d’obtenir ces données : SICKW ou Cheek Check. Si le vendeur refuse de vous transmettre ce numéro, ne donnez pas suite à votre perspective d’achat.
  4. Privilégiez des appareils vendus avec leur packaging, leurs accessoires d’origine ainsi que la facture d’achat. Si vous avez un doute sur l’authenticité de la facture, prenez le temps de vérifier en appelant le vendeur ou ne donnez pas suite à votre achat.
  5. Lors de l’achat, faites vous une liste des choses à contrôler sur l’appareil. Elle doit être la plus exhaustive possible et doit vous permettre de tester l’intégralité du téléphone afin d’éviter les mauvaises surprises qui pourraient faire enfler votre budget final. Munissez vous de la carte sim que vous souhaitez utiliser dans le téléphone afin de vérifier sa compatibilité avec l’appareil convoité. Cela peut paraître paradoxal mais méfiez vous des appareils trop « propres » pour être honnêtes. Si le terminal a deux ans et ne présente aucune rayure ou traces d’utilisation, il y a fort à parier que divers éléments ont été remplacés pour la vente, cela n’augure rien de bon pour la suite.
  6. Rédigez toujours une lettre de cession lors de l’acquisition d’un matériel d’occasion. Vous en trouverez une version ICI. Remplissez la de manière complète avec l’aide d’un document officiel du vendeur (permis de conduire, carte nationale d’identité) et inscrivez le numéro de téléphone de votre contact sur votre lettre de cession.
  7. Pour les futurs acquéreurs d’iPhone uniquement : Demandez à ce que l’iPhone convoité soit activé lors de la vente, cela permettra d’une part de tester les fonctionnalités de base mais également de vérifier si aucun compte AppStore ou iCloud ne subsiste à l’intérieur du téléphone. Il n’existe, actuellement, aucun moyen de dissocier un iPhone d’un compte iCloud sans en être le propriétaire.

Pour résumer, l’achat en occasion de particulier à particulier est avant tout une affaire de feeling. Soyez toujours à l’écoute de vos impressions et ne cédez pas à l’euphorie du moment. Ne vous pressez pas et ne vous faites pas presser lors de la phase de test et de prise en main du matériel car une fois chez vous, il sera souvent trop tard pour faire machine arrière. Si un doute subsiste, si vous ne le sentez pas, ne donnez pas suite car l’offre est conséquente. Je ne saurai vous conseiller, si l’occasion se présente, d’acheter à une personne de votre entourage.

Si cet article semble dériver vers la paranoïa pour vous, je dois avouer que j’aurais dit la même chose il y a quelques années. Cependant, mon expérience iTekCare m’a permis de voir à quel point certains vendeurs sans scrupule peuvent se montrer ingénieux pour vous vendre du matériel inutilisable ou en partie non fonctionnel. Ne leur simplifiez pas la tâche et partagez autour de vous !